Comment choisir une résidence pour personnes âgées?

Le choix de placer une personne âgée dans une résidence peut vite devenir compliqué, et le choix de la résidence peut rendre la chose encore plus difficile. Ce choix va dépendre de plusieurs choses. L’état de santé de la personne d’abord, ses besoins également, sa situation familiale et géographique, et bien sûr ses revenus. Il existe des milliers d’établissements, qui proposent des tarifs et des prestations différentes et variées.

Tout d’abord, il est primordial de ne pas choisir dans la précipitation, et il ne faut pas placer la personne dans la résidence la plus proche de vous ou d’un de ses proches par défaut, bien que parfois le placement doive se faire assez rapidement. Il est important de prendre le temps nécessaire pour choisir l’endroit qui accueillera un parent ou autre. Chaque personne âgée a des besoins et des attentes qui diffèrent en fonction de beaucoup de choses. Voici donc quelques points clés à analyser, afin de vous aider dans le choix de cette résidence.

Le premier point est le degré d’autonomie de la personne, qui déterminera le type de résidence dans laquelle elle doit s’installer. La personne est-elle entièrement autonome, semi-autonome ou plus du tout ? Il existe différentes possibilités qui correspondront à ce critère. Les résidences-services ou les résidences-autonomie, sont des complexes d’habitation où les personnes âgées ont un appartement entier pour eux, avec une infirmière ou un infirmier à disponibilité la journée en cas d’urgence, et où il y a des salles communes ainsi qu’un réfectoire si les habitants souhaitent se retrouver. Des activités diverses sont également proposées.

Les maisons de retraites médicalisée sont réservées aux personnes âgées qui vivent une perte d’autonomie importante ou un handicap. Ils y sont entièrement pris en charge par des médecins et infirmières. On peut également devoir placer une personne âgée en hôpital, en unité de soins à longue durée, lorsqu’une prise en charge médicale lourde est nécessaire.
Une fois que l’on a déterminé le degré d’autonomie de la personne, les choix vont d’ores et déjà se resserrer. Ensuite, il faudra déterminer le budget disponible. Selon l’endroit et les prestations proposées par l’établissement, le coût peut énormément varier. Pour connaître le budget de la personne âgée, il faut prendre en compte plusieurs choses.

D’abord, les revenus de la personne en question ainsi que le soutien financier que peuvent lui apporter ses proches au fil du temps ; également l’épargne disponible de la personne et les aides potentielles dont elle pourrait bénéficier. Une fois ce budget entièrement défini et déterminé, on peut donc commencer réellement la recherche, en cherchant des établissements qui rentrent dans les prix que l’on souhaite. Pour ce qui est
de l’emplacement géographique, il est bon de savoir que les établissements situés en centre-ville sont plus chers. Un certain éloignement sera donc peut-être nécessaire. Il faudra alors vérifier l’accessibilité de l’établissement. Existe t-il un service de navettes pour y accéder ? Y a t-il une gare à proximité ? Un grand axe routier ?

Lorsque l’on aura sélectionné plusieurs établissements, on peut commencer les visites. Il est impératif de visiter au préalable, cela permettra de mieux visualiser les choses et d’analyser le fonctionnement de la résidence. Pendant la visite, notez vos ressentis, vos impressions, les points négatifs comme les points positifs. Il faudra faire attention à chaque détail. L’environnement est-il agréable ? Les extérieurs sont-ils facilement
accessibles ? Peut-on venir avec des animaux de compagnie ? Le sol est-il facilement praticable pour une personne se déplaçant avec difficulté ?
N’hésitez pas à discuter avec le personnel, et à revenir à différents moments de la journée. Au moment des repas par exemple, vous pourrez voir les menus proposés et découvrir un peu mieux l’ambiance de la résidence .

C’est en voyant des sourires sur les visages et en entendant des rires que vous saurez si vous avez trouvé une bonne résidence pour personnes âgées parfaite pour votre proche !

Installation de la salle de bain : douche ou baignoire ?

Que ce soit lors d’une rénovation ou lors d’une installation dans un nouveau logement, que choisir entre une douche et une baignoire ? Les deux ont leurs avantages, et chacun a ses préférences. Le choix se fera en fonction de plusieurs éléments : la place dont on dispose dans la salle de bain, le coût de l’installation, le mode de vie… Parfois, si l’on est chanceux, on peut avoir le loisir d’hésiter entre les deux car on n’a pas particulièrement de préférence et dans la salle de bain en question, les deux sont possibles. Comment choisir dans ce cas ?
Voici quelques informations qui peuvent être utiles dans ce choix difficile et déterminant entre la douche et la baignoire.

D’abord, évidemment, il faut connaître l’usage de sa salle de bain. Sera-t-elle une salle de bain familiale ou parentale ? S’il s’agit du choix pour la salle de bain familiale, il faudra réfléchir en fonction de la composition de la famille. Avez-vous des enfants en bas âge, ou des projets de bébé ? Si oui, la baignoire sera plus adaptée. Mais ici aussi, tout dépendra de la place dont on dispose. Dans une petite salle de bain, la douche sera plus adaptée, et on peut toujours installer une mini baignoire dedans. Et dans le cas d’une petite salle de bain, il sera toujours possible de faire quelque chose de beau et de fonctionnel, car la douche en elle-même propose beaucoup d’alternatives. On pourra installer une douche fermée, ou une douche à l’italienne, mettre une paroi transparente ou un rideau… Les petites baignoires, à l’inverse, sont souvent toutes similaires et ne sont pas faites pour le design.

Mais effectivement, si l’on a des enfants, la baignoire sera un choix plus judicieux. Il sera plus agréable pour un enfant de s’amuser dans un bain que dans une douche. Et ne l’oublions pas, la baignoire est aussi très agréable pour les adultes ! Rien de mieux qu’un bon bain chaud pour se délasser après une dure journée.

Cependant, prendre une douche peut tout aussi être agréable, et une baignoire prend de la place. Installer une douche est un gain de place important, la salle de bain en sera plus fonctionnelle et plus pratique. Un point à ne pas négliger, il faut aussi penser à ses vieux jours ! Une douche s’avère beaucoup plus pratique et bien moins dangereuse pour les personnes âgées. Mais il peut être dur de résister à une baignoire lorsqu’on a une grande salle de bain… Il existe en effet des baignoires très attirantes, comme les baignoires d’angles, à remous, à jets lumineux. Cependant, de nos jours, la douche peut être tout aussi attirante, avec les inventions de nos jours des pommeaux géants, des jets dynamisants, des pommeaux multi-jets ou des parois masseuses. On peut être tout aussi détendu dans une douche, reste à accepter de se détendre debout ! Mais lorsqu’on y pense bien, même si l’on possède une baignoire, les vrais bains restent rares. Tandis qu’avec une douche moderne, la détente peut s’inviter dans la salle de bain tous les jours.

Une douche est également plus écologique, et plus facile d’entretien. Pour nettoyer une baignoire, il faut se plier en deux et cela peut vite devenir un problème.

On ne peut parler d’installation sans mentionner le coût de celle-ci. Il est important aussi de savoir que l’installation d’une baignoire sera systématiquement plus chère qu’une douche. La baignoire sera plus complexe à installer et plus chère à l’achat. Les prix peuvent cependant varier. Une baignoire classique coûtera environ 250 dollars, tandis que les baignoires haut de gammes peuvent en coûter plus de 1000. Pour les baignoires les plus modernes, il faudra débourser entre 1500 et 3000 dollars, plus le coût de l’installation. Si l’on ne se sent pas plombier dans l’âme, il vaudra mieux payer un professionnel pour installer votre baignoire, ou votre douche. Là encore, le coût de la main d’œuvre d’installation d’une douche sera moins chère que celle d’une baignoire. Voilà donc toutes les clés pour faire votre choix !

Comment bien entretenir sa douche ?

Que l’on ait dans sa salle de bain une douche ou une baignoire, l’utilisation de ces installations sanitaires est quotidienne. Mais il est bon de savoir que l’eau qui passe dans nos tuyaux est souvent confrontée au calcaire présent partout où il y a de l’humidité. Ce n’est donc pas étonnant que nos douches, nos baignoires et nos robinets s’encrassent au fur et à mesure des utilisations.

Il est donc important et recommandé de nettoyer sa salle de bain régulièrement, et plus particulièrement la douche. C’est l’endroit où l’on se nettoie chaque jour, grâce auquel on se sent propre : il serait très contradictoire d’avoir une douche en mauvais état.

Parfois, le calcaire est trop présent dans l’eau qui circule dans nos tuyaux. Et lorsqu’il y a trop de calcaire, du tartre peut se former et ainsi boucher les trous du pommeau de douche, par lesquels l’eau sort chaque fois que l’on se lave. Pour un meilleur écoulement de l’eau, il faut donc détartrer régulièrement le pommeau. Pour cela, il existe une technique très simple. Il faut dévisser l’écrou reliant le pommeau de douche au flexible à l’aide d’une pince multiprises afin de l’enlever de la douche. Faites chauffer une casserole d’eau bouillante puis versez-là dans une bassine, versez également 40 centilitres de vinaigre blanc. Plongez le pommeau dans l’eau et laissez agir de 2 à 4 heures. Puis, frottez le pommeau avec une éponge ou une brosse, rincez puis essuyez-le. Et voilà ! Il suffira ensuite de réinstaller le pommeau à sa place. Il est recommandé de faire cet entretien une fois par mois environ.

Pour que la salle de bain de la maison soit en parfait état, et la douche en particulier, il faut absolument l’entretenir régulièrement. Par exemple, qui n’a jamais été confronté à une baignoire, une douche ou un lavabo bouché ? Lorsque cela arrive, on peut d’abord essayer de laisser agir un produit déboucheur dans les canalisations. Si cela ne fonctionne pas, c’est qu’il y a probablement un amas de résidus bloqué à l’intérieur des tuyaux. Il faudra alors le retirer manuellement. Pour cela, il vous faudra sortir le siphon de son emplacement. Le siphon est généralement placé sous le bac de douche, ou sous le lavabo si vous souhaitez déboucher votre lavabo. Si vous avez une baignoire, il y a probablement une « trappe de visite » par laquelle on peut accéder au siphon. Dans une douche, on a en général affaire à un siphon « plat », c’est-à-dire intégré au bac de douche. Dans ce cas, il faudra ouvrir la bonde de douche et dévisser la bague qui relie le siphon à la canalisation d’évacuation. On pourra ensuite tirer le siphon vers le haut et l’extraire. Pour la baignoire, il faudra ouvrir la trappe de visite et le sortir de son emplacement. Ensuite, prévoyez une bassine au dessus de laquelle vous déverserez les déchets coincés dans le siphon en le débouchant. N’oubliez pas de porter des gants si vous aviez auparavant versé un produit chimique dans les canalisations ! Pour vider votre siphon, retirez le culot et démontez les bagues, videz-le puis nettoyer-le avec de l’eau tiède et du produit.

Lorsque l’on vide son siphon manuellement, il peut être utile d’en profiter pour changer les joints. Après avoir remonté chaque pièce et remis le siphon en place, vérifiez qu’il n’y a aucune fuite et que l’eau s’écoule à nouveau normalement. Si ce n’est pas le cas, le bouchon est peut-être situé plus loin dans les conduits, dans ce cas il faudra faire appel à un professionnel de la plomberie.

Pour un entretien optimal de votre salle de bain, pensez également à changer régulièrement le flexible de douche. C’est un élément qui vieillit vite, et qui à force peut se fendre à cause du tartre.

Ainsi, on s’apercevra rapidement qu’il est bien plus agréable de se laver dans une salle de bain en parfait état.

Si des problèmes concernent la tuyauterie de votre douche, faites toujours appel à un plombier professionnel.

Tout connaître de votre chasse d’eau

La chasse d’eau est un mécanisme qui peut paraître difficile à comprendre lorsque l’on y réfléchit, pourtant il est utilisé chaque jour par tous les habitants de la maison, des immeubles ou des appartements. Sait-on réellement comment fonctionne notre chasse d’eau ? Comment choisir le système adéquat ou comment changer un système vieillissant ?

Tout d’abord, intéressons nous au mécanisme de cette fameuse chasse d’eau. Pour résumer simplement, c’est un mécanisme qui permet de remplacer les eaux usées par des eaux propres, et ce à chaque utilisation du système. Un point important à savoir : le mécanisme de la chasse d’eau utilise une quantité d’eau très importante. En moyenne, chaque habitant d’une maison utilise 27,5 litres d’eau par jour rien qu’en tirant la chasse d’eau. C’est un chiffre énorme, et c’est pourquoi le système a connu de nombreuses évolutions qui tendent à plus d’écologie depuis son invention. La chasse d’eau existe depuis le 17ème siècle. Avant cela, la population utilisait des pots de chambres et les habitants déversaient leurs besoins dans les rues. On peut alors facilement imaginer pourquoi les maladies se répandaient bien plus rapidement et également pourquoi la qualité de vie du peuple était difficile. John Harrington a alors inventé un système qui permettrait d’avoir chacun son toilette et de ne plus encombrer les rues. Entre le 18ème et le 19ème siècle, ce système fut démocratisé et tous les foyers furent équipés de la chasse d’eau. Depuis, il est impensable pour tout un chacun de se passer de ce mécanisme !

Le système de la chasse d’eau est en apparence assez simple. On appuie sur un bouton, ce bouton déclenche une arrivée d’eau importante et les eaux usées disparaissent. Le fonctionnement est toujours le même, cependant il existe plusieurs sortes de chasses d’eau. L’eau utilisée pour le remplacement des eaux usées est stockée dans le réservoir, qui contient également le mécanisme. Avec la démocratisation de la chasse d’eau, différents « types » de chasses d’eau ont été inventés. Il en existe 3 principaux : la tirette, le bouton simple, ou le bouton à double poussoir. La tirette est installée en général dans les vieilles maisons, sur des vieux toilettes. C’est une tige verticale en métal ou en plastique, qu’il suffit de tirer pour déverser et libérer les eaux du réservoir. Ce fonctionnement n’est plus utilisé dans les constructions récentes, car il engendrait certaines complications et n’était absolument pas écologique. En effet, ce système ne mesure pas la quantité d’eau déversée, ce qui fait qu’a chaque utilisation, toute l’eau du réservoir est utilisée !

Le bouton simple est quant à lui un peu plus récent, il a été crée pour améliorer le côté écologique de la chasse d’eau : en utilisant le bouton simple, on peut appuyer plus ou moins longtemps dessus et donc déverser plus ou moins d’eau en fonction des besoins ! Quant au bouton à double poussoir, son nom est équivoque. Il possède un gros bouton pour déverser beaucoup d’eau, et un plus petit pour les petits besoins.

De nos jours, les inventeurs tentent encore de rendre la chasse d’eau le plus écologique possible. Certains systèmes tactiles, ou qui calculent d’eux-mêmes le besoin de libération d’eau, sont déjà disponibles mais assez rares sur le marché et assez chers.

Il peut aussi arriver que votre chasse d’eau rencontre un problème. Le mécanisme peut se bloquer, le réservoir peut se boucher, ou l’écoulement peut être trop lent. Ces soucis ne nécessitent pas forcément d’appeler un plombier pour les régler. Ils arrivent souvent à cause de l’usure ou du calcaire, et peuvent donc être réglés par un particulier. Pour retirer le calcaire, nettoyez et faites tremper les pièces du mécanisme dans du vinaigre. Remplissez le fond de votre cuve avec le vinaigre et un peu d’eau, et laissez agir. Si cela n’arrange pas le problème de votre système, il faudra penser à faire appel à un plombier assez rapidement, au risque de vous retrouver avec un débordement de vos eaux usées.